L’histoire – Laisser des traces

Poussé par l’objectif de toujours être le premier et le meilleur, il a laissé quelques traces dans la téléphonie ; les inventions et les brevets d’abord dans le domaine de la physique nucléaire pour les centrales nucléaires et les centres de formation, puis dans le domaine de la télématique. Au cours des jeunes années ingénieurs/physiciens, les “équivalents tissulaires” -dosimètres/appareils d’alerte de surveillance spatiale ont également été utilisés pour le CERN (protection personnelle) et ensuite la technique de mesure la radiation bêta pour la mesure sans contact des films et des usines de production de papier pour le poids de surface et l’épaisseur du matériau (films de 10 microns avec une précision de 1%), qui ont été vendus comme équipement de mesure coûteux et ont déjà été amortis en quelques mois. Les produits/projets suivants ont généré CHF 150 millions. Plus tard, il fut le premier au monde à reconnaître les transistors au germanium, que Bell-Labs venait de mettre au point, pour leur utilisation dans les appareils téléphoniques, en raison de leur petite taille et de leur utilisation sûre dans les téléphones transportables, appelés plus tard téléphones mobiles.

Ainsi, les études de base et les calculs ont produit les 2 brevets CH de pointe : CH-549914, pour la “commutation fourchette” électronique dans le téléphone, qui garantit que seulement 10% environ de l’énergie d’émission est revenu au propre récepteur de l’auditeur, et l’appel de combiné généré électroniquement au lieu des coques de cloche spacieuses avec le brevet CH-459306. Les tout premiers produits de microphone électret téléphonique, utilisés rétroactivement dans tous les anciens modèles 29/50 en remplacement des vieux microphones en carbone, ont amélioré la qualité auditive. Puis il a développé le téléphone à fréquence porteuse pour 2 (4) téléphones sur 1 ligne car le cuivre était rare à l’époque. Ces téléphones “Ericsson” n’étaient pas utilisés en Suisse, mais bien souvent en Amérique du Sud. En Suisse, sur le réseau routier national SOS. Dans plus de 4000 bornes d’appel d’urgence, son concept développé et construit par lui sur toutes les routes nationales suisses, est la plus grande œuvre de sa vie.

Malheureusement, la Suisse, représentée par le PTT, avait raté tous les marchés mondiaux à cette époque, on ne voulait rien savoir des nouveautés du cerveau de Walter Linggi jusqu’en 1977. Jusqu’ à ce qu’il soit trop tard et Walter Linggi fonda sa propre société TELBIT AG (1977). Parallèlement, il a fondé la première école d’ingénierie électronique en Europe à Uster, parce qu’il a fallu des travailleurs qualifiés pour développer de nouvelles technologies. Aujourd’hui, il possède encore un avantage technique avec ses connaissances. Walter Linggi vient d’être demandé à nouveau pour fournir une solution permettant aux centrales de communiquer via ADSL/ISDN.